Quelques conseils à nos candidats


La question nous étant régulièrement posée de savoir quelles sont les codes, attitudes et comportements conseillés lors d’un entretien de recrutement, nous souhaitons vous soumettre nos conseils et suggestions. Mais, sachant qu’il n’est d’approche universelle en matière de recrutement, ayons en tête ce proverbe qui dit «les conseilleurs ne sont pas les payeurs… » et n’oublions jamais qu’au-delà de la présupposée objectivité souhaitée dans la mesure de l’adéquation des compétences, le recrutement est aussi et d’abord une rencontre entre Hommes. Cette précaution étant prise, voici quelques conseils…

La « lettre » de motivation


Accompagnant votre envoi de CV, cette « lettre » a pour objectif de témoigner auprès du destinataire de votre envoi des raisons appuyant votre intérêt pour l’entreprise et le poste. Cette « lettre » sera obligatoirement personnalisée et en aucun cas ne doit apparaitre comme une circulaire multi usages ! Votre mail se suffira de 7 à 8 lignes visant à démontrer le bien- fondé de votre candidature Les longs développements n’étant plus de mise, vous vous attacherez néanmoins à être pertinent, percutant et dans le ton.

Votre Curriculum Vitae


Votre CV doit susciter chez le destinataire l’envie de vous rencontrer, sans en dire trop 1 page suffira bien souvent, car s’étendre sur 2 ou 3 pages pourrait faire craindre un manque d’esprit de synthèse chez vous sauf si votre séniorité dans la vie professionnelle le justifie.

    • Actualisez votre CV au fil de votre expérience et réduisez le message consacré à chacune de vos responsabilités, à mesure que vous vous en éloignez dans le temps.
    • Attachez-vous ensuite à présenter votre cursus professionnel, en partant du présent et en remontant vers le passé.
    • Les dates seront suivies des noms d’entreprises, avec leur activité et leurs chiffres clefs (CA ; Effectifs…), puis aussitôt missions et responsabilités, plus que vos titres
    • Préférez les présentations simples et synthétiques (Manager, Négocier…) aux longs développements pour mettre en avant votre opérationnalité et méfiez-vous de l’excès des « participations à la réflexion stratégique » qui vous en éloigne.
    • Mettez-en avant les réalisations et succès qui vous sont imputables et sont à votre actif en étant factuel et en citant des chiffres.
    • Interdisez-vous de travestir la vérité, de jouer avec les dates ou de vous attribuer des compétences (anglais courant…) que vous n’avez pas : jouez la transparence sans être naïf.

Préparation de l’Entretien


Vous avez pris le temps et le recul qui s’impose pour construire et conforter votre projet professionnel et vous êtes documentés sur l’entreprise cible, ainsi que sur la nature de ses besoins et sur les attentes de votre interlocuteur :

• Vous avez pleinement en mémoire votre déroulé de carrière (dates, résultats…) et saurez présenter comme logiques et cohérents vos différents changements.

• Il est un « fil rouge » clair dans votre déroulé de carrière que vous saurez mettre en valeur en prenant la hauteur de vue qui s’impose.

• Vous êtes à votre aise (ni forfanterie, ni excès de modestie…) pour évoquer vos succès et ce que vous avez mis en œuvre pour les obtenir

• Ne craignez guère d’évoquer vous-même vos insuccès ou échecs. Pourquoi risquer d’apparaître comme voulant masquer un moment douloureux de votre cursus (licenciement…), alors qu’anticiper la question et expliquer sans trop en dire (ni critiquer autrui) permet bien souvent de convaincre ?

• Positivez chacune de vos expériences et mettez en avant ce qu’elle vous a apporté.

• Afin d’éviter d’être inutilement déstabilisé, réfléchissez aux questions qui vous seront posées sur vos qualités, faiblesses, sur vos attentes vis-à-vis de votre hiérarchie ou sur ce que serait votre plan d’action au cas où vous seriez l’heureux élu.

• Présenter votre cursus occupera la première partie de l’entretien, mais défendre le bien fondé de votre candidature à ce poste en est l’enjeu.

• Ayant réalisé en amont de l’entretien un travail de recherche (réseau, internet…), sur la société, le service ou le challenge à relever, vous allez devoir convaincre que vous êtes l’homme de la situation.

• Partez des besoins et attentes supposées, que vous prendrez soin de résumer dans un 1° temps, pour démonter ce en quoi vos compétences apparaissent comme en pleine adéquation

• Rassurez en précisant comment concrètement vous vous y prendrez pour mener à bien votre mission et concluez sur les bénéfices qu’en tirera l’organisation.

• Vous parliez de vous tout à l’heure et progressivement en êtes venus à démontrer combien vous apparaissez comme LA solution pour répondre à la problématique de votre interlocuteur

• Et puis, la notion de sélection n’étant pas qu’à « sens unique », vous devez après avoir rassuré votre interlocuteur équilibrer l’échange et l’interroger sur l’entreprise, le service concerné, le poste à pourvoir

• Ce scénario, vous l’avez visualisé et l’avez schématisé sur (votre cahier à spirale ou cahier) un support dont vous serez muni le jour de l’entretien











L’ENTRETIEN

L’entretien est un moment privilégié permettant de faire valoir vos compétences et potentiellement de faire une rencontre qui débouchera sur une nouvelle aventure professionnelle.

    • Il est pour le consultant le moyen d’évaluer vos compétences et de poser un diagnostic sur l’adéquation de votre profil aux exigences d’une organisation ou d’un poste, mais vous-même êtes mu par cette ambition de choisir
    • Ne voyez pas cet entretien, comme s’inscrivant dans une logique de rapport de forces, car si l’enjeu vous pèse, sachez que votre interlocuteur a lui aussi besoin de trouver une solution. • Peut-être êtes-vous stressé par cette recherche qui dure, voire s’éternise, mais à bien y réfléchir, …à quoi servirait-il de sur-jouer un personnage quand l’entreprise ou le poste ne sont guère faits pour vous ?
    • Soyez d’abord vous-même : il est important de vous montrer clair, structuré et rigoureux dans la présentation de votre parcours.
    • Et puis, ne cherchez pas à imposer vos qualités, mais faites-en la démonstration, mettez-vous en situation de permettre à votre interlocuteur de visualiser vos réalisations et par voie de conséquence vos compétences.
    • Prendre des notes en entretien ne donnera pas de vous l’image d’un gamin, mais véhiculera plutôt votre image de professionnel. Vous avez préparé votre entretien, alors pourquoi vous en cacher ?
    • Notez les questions de votre interlocuteur, ainsi que les informations, mots et chiffres clefs qu’il utilise pour décrire l’environnement du poste, voire la responsabilité à couvrir dans le poste à pourvoir.
    • Ne soyez pas la victime de ces outils (tablette, smartphone, ordinateur…) qui pourraient être perçus comme une « barrière » à la communication, mais soyez convaincus que prendre des notes est une marque de respect envers votre interlocuteur, en même temps que le moyen de ne pas oublier des informations essentielles pour cet entretien, voire le suivant.
    • Osez bien sûr poser des questions sur la culture de l’entreprise, sur les personnalités des dirigeants, sur le cursus de votre potentiel responsable hiérarchique.
    • Et puis, n’hésitez pas à solliciter l’avis de votre interlocuteur sur des aspects qui n’auraient pas été évoqués pendant l’entretien et seraient à prendre en compte, car il n’est guère de raison qu’il ne soit votre allié ou sponsor.
    • Soyez convaincu que la conclusion de l’entretien est essentielle et que vous devez vous préparer à l’assumer vous-même de manière volontaire et déterminé.
    • Résumez donc ce qui à vos yeux ressort de votre adéquation au poste proposé, confirmez ou non votre motivation et si tel est le cas, concluez en l’interrogeant sur ses impressions, ainsi que sur la date et les modalités de la prochaine étape.










Après l'entretien


N’hésitez pas à envoyer un e-mail synthétique à votre interlocuteur (entreprise et/ou consultant), afin de remercier votre interlocuteur et de confirmer les points essentiels de vos motivations…mais sans trop en faire. Dans le cas où l’entretien s’est déroulé au sein de l’entreprise et en l’absence du consultant, prenez votre téléphone afin de donner votre feed-back à ce dernier.

C’est là, affaire de courtoisie et cet intermédiaire qui vise à établir un lien pérenne entre entreprise et candidat sera votre conseil en même temps que votre allié. Sollicitez ses conseils pour les étapes qui suivent et jouez avec lui la transparence sur la nature exacte de vos motivations, car il en dépend de votre climat de confiance et de vos relations à venir.

En cas d’échec, voire de déception à l’issue d’entretiens avec l’entreprise, prenez le temps de rappeler le consultant pour avoir ses explications et tenter d’en comprendre les raisons, car cela vous permettra de mieux aborder la suite de vos recherches.

Dans le cas où le process de sélection se présente pour vous comme positif et vous met en situation de choisir ou non de rejoindre l’entreprise, soyez parfaitement « clean » en phase de négociation et ne jouez pas de « l’effet colombo » : sortir une nouvelle exigence quant au package, alors que cela n’avait jusque-là jamais été évoqué avec le consultant, ne pourra que porter à néant ce qui s’était progressivement tissé en matière de climat de confiance…dans une relation de partenaires.




Qualifiée OPQCM et Membre de Syntec Conseil en Recrutement et A compétence égale, Kreno Consulting s'engage à lutter contre toute forme de discrimination et à promouvoir l'égalité des chances des candidats.